Rencontre avec le réalisateur

5 janvier 2021

En 2005, lorsqu’Amend a vu le jour, nous étions une unité réduite, rassemblant des ressources. À l’époque, nous nous sommes appuyés sur le dévouement et les talents d’amis proches et de collaborateurs pour établir et transmettre notre mission aux communautés locales et au monde entier. Aujourd’hui, nous sommes toujours aussi peu nombreux, mais nous comptons cinq bureaux nationaux et près de vingt employés à temps plein. Nous avons également réussi à transmettre notre mission de près et de loin, en grande partie grâce à l’un de ces amis-collaborateurs proches qui était là dès le début, le cinéaste Alexander Berberich.

Alex filme et produit les vidéos d’Amend. Ces vidéos montrent ce que nous faisons – ce qui peut être un défi. Il n’est pas toujours facile d’exprimer l’étendue de notre travail aux nombreux publics que nous devons atteindre en Afrique et dans le monde. Nous sommes spécialisés dans la recherche, l’élaboration de données et la collecte de preuves, c’est-à-dire dans les coulisses du travail. L’infrastructure que nous construisons est très efficace, et non grandiose. Nous mettons l’accent sur la prévention, en mesurant notre succès en termes de blessures et de décès évités, et non de témoins. Tout cela n’est guère passionnant sur le plan visuel.

Heureusement, nous avons Alex.

Dès le début, Alex a compris notre mission et notre travail. Il partage notre dévouement pour sauver des vies. Grâce à ses vidéos, il est capable de distiller à la fois nos méthodes méticuleuses et notre passion. Plus important encore, il apprend aussi à connaître les communautés où nous travaillons – les écoliers, les enseignants, les familles, les dirigeants, les travailleurs – et fait d’eux, qui sont au cœur de notre travail, le cœur de ses vidéos.

Faisons donc connaissance avec Alex.

Alex prend des photos à Accra

Alex est né à New York. Ses parents étaient impliqués dans le théâtre, et il a suivi leurs traces dès son enfance. Après l’université, il a commencé à travailler dans la production de films, y compris les grands projets hollywoodiens, les projets d’art et d’essai et les projets indépendants. Parallèlement, il s’implique de plus en plus dans des organisations de bénévolat et de service communautaire, travaillant notamment pour les sans-abri et les enfants atteints du SIDA. Peu après un voyage en Zambie pour un projet du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies, il a rencontré notre fondateur Jeffrey, qui à l’époque était en train de lancer Amend.

Alex a immédiatement voulu se joindre à l’effort, même s’il n’était pas tout à fait équipé. « La première vidéo d’Amend que j’ai fait, c’était pendant le premier voyage que Jeffrey et moi avons fait en Ouganda. Je n’avais même pas encore de caméra », raconte-t-il. « J’en ai emprunté une, sans autorisation, à l’IFC [où il étudiait à New York]. Je leur ai dit : « Je vous promets de la rendre en bon état ». Il a rendu la caméra – et a obtenu la sienne. Depuis, il filme pour Amend.

La première vidéo officielle faite par Alex s’intitulait simplement « Amend » et décrivait les grandes lignes de notre première initiative « Be Seen, Be Safe » (soyez visible, soyez en sécurité), à travers de brefs extraits d’interviews entrecoupés de séquences filmées dans les environs d’Accra, au Ghana. Depuis lors, notre travail a évolué, tout comme les efforts d’Alex pour le documenter.

Alex dit qu’il a appris très tôt à éviter la tendance commune à penser que « nous devons obtenir des vidéos dramatiques d’enfants dans les hôpitaux » pour souligner la gravité du travail. « Avec le temps, dit-il, nous avons compris que nous devions capturer le travail sur le terrain, pour témoigner de ce qu’Amend fait et de son importance ».

C’est donc ce qu’il a fait, et en 2018 et 2019, il a filmé et produit une série de courtes vidéos, soutenues par FedEx, documentant les projets d’Amend sur les évaluations et les améliorations de la sécurité routière dans les zones scolaires (SARSAI) avec l’initiative pour la santé des enfants à l’école primaire Justin Kabwe à Lusaka, en Zambie, (2018) et à l’école primaire Bophirima à Gaborone, au Botswana (2019), ainsi que l’initiative Safe Schools Speed Zones de 30 km/h à Windhoek, en Namibie (2019). Le film de Lusaka a remporté le prix du jury au Festival africain du film de sécurité routière, à Marrakech, au Maroc.

Jetez un coup d’œil aux vidéos, et vous serez témoin des détails exubérants et intimes d’Alex, sur une musique entraînante (les vidéos musicales sont son style préféré). Il condense une grande quantité d’informations et de sensations en une minute et demie. « Je suis pratiquement tout le temps à l’école. J’assiste donc à la transformation en temps réel », explique-t-il. « Il m’arrive souvent de penser que le travail ne sera pas terminé au moment de l’inauguration. J’ai toujours tort – d’une manière ou d’une autre, le travail est fait. Je peux partir à la tombée de la nuit et ne pas penser que la peinture des passages à niveau zébrés se fera du jour au lendemain, et c’est le cas. »

Il apprend à connaître tout le monde sur le site. « Je deviens peu social avec les entrepreneurs qui travaillent sur l’infrastructure », dit-il. Cela varie d’une école à l’autre et d’un pays à l’autre. Je me souviens, dans une école en Zambie, d’un père fier d’être présent un week-end pour aider à peindre. Il était bénévole. Il avait fréquenté la même école que son enfant. Même s’ils sont payés, les travailleurs sont très fiers et extrêmement reconnaissants que quelqu’un se soucie de leurs enfants. Du côté amusant, ils veulent aussi généralement des photos et des vidéos d’eux-mêmes que je finis par leur envoyer par WhatsApp plus tard dans la journée, lorsque je suis de retour à l’hôtel ou à l’appartement. « Mon WhatsApp fait équipe avec des ingénieurs, des peintres, des maçons, etc. de toute l’Afrique qui sont maintenant fiers d’avoir un ami américain qui leur envoie des photos qu’ils peuvent envoyer à leurs amis et publier sur Facebook. »

Au début de 2020, Alex a filmé la vidéo « Kids of Oblogo », soutenue par FIA-Fondation, dans une école d’Accra, où plusieurs enfants avaient été tués par des véhicules au cours de l’année précédente. Amend y avait récemment installé une infrastructure SARSAI pour aider à protéger les enfants qui se rendent à l’école et en reviennent. Quelques semaines après la fin de l’installation, un camion et une voiture sont entrés en collision sur une colline voisine. Les passagers ont été tués. Alex raconte : « Le camion aurait tué et blessé les enfants qui se trouvaient sur le terrain de jeu au pied de la colline. Si Amend n’avait pas installé une barrière, plusieurs enfants seraient morts ». « Un camion a été arrêté par le travail d’Amend. »

Pendant le tournage de « Kids of Oblogo », Alex a décidé de modifier encore son approche. Il a toujours voulu entendre l’histoire des enfants et des communautés, mais cette fois, il a décidé de les laisser la raconter, ce qui l’a amené plus loin dans une direction qu’il avait déjà prise. « Je réalise toutes les interviews », explique-t-il. « A l’avenir, il y aura beaucoup d’histoires différentes que je veux raconter, en ce qui concerne les enfants et Amend. La façon dont elles deviendront réalité dépendra toujours des circonstances entourant l’école, des enfants eux-mêmes et de la façon dont les choses se déroulent. Auparavant, l’accent était mis sur la présentation du travail d’Amend en relation avec les enfants. J’aimerais maintenant montrer davantage les enfants et la façon dont le travail d’Amend est intégré dans leur vie. Par exemple, dans cette vidéo, on entend les rêves des enfants et ce qu’ils veulent faire quand ils seront grands… à condition qu’ils ne se fassent pas renverser par une voiture sur le chemin de l’école. »

Plus tard, en 2020, Alex a produit la vidéo « Amend : Saving Lives Across Africa (sauver des vies à travers l’Afrique) », soutenue par la FIAF et CHI, qui fournit un abécédaire visuel des projets SARSAI d’Amend dans six pays d’Afrique subsaharienne. À ce stade, la pandémie s’est répandue dans le monde entier, et la vidéo se termine par un message : « Voici un vaccin que nous avons en ce moment ».

Plus récemment, Alex a réalisé une autre vidéo soutenue par la FIAF à Accra, couvrant l’achèvement du travail de SARSAI autour des écoles d’Oblogo. On y voit Zoleka Mandela, ambassadrice mondiale de CHI et amie d’Amend, se tenir près de l’endroit où deux jeunes sœurs ont été tuées par un véhicule. « C’est la réalité », dit-elle, « pas seulement celle du Ghana mais celle de notre région ». De cette rencontre, Alex note : « C’était absolument incroyable de rencontrer Zoleka. C’était le point culminant du voyage pour moi. J’ai également monté une petite vidéo pour sa fondation. Elle est super élégante et charismatique. » Plus loin dans la vidéo, Zoleka déclare : « Cela me fait chaud au cœur de savoir que l’on peut faire quelque chose. »

Alors que le rideau se lève sur 2021, Amend continue d’agir pour sauver des vies, et Alex continue de documenter notre travail. Et nous sommes reconnaissants pour notre ami talentueux et visionnaire qui nous accompagne depuis quinze ans et plus, en apportant une lumière profonde et brillante à ce que nous faisons.